Sans titre (le grand combat), 2013
photographies argentiques
40,5 x 97,5 cm




LE GRAND COMBAT

Il l'emparouille et l'endosque contre terre ;
Il le rague et le roupéte jusqu'à son drâle ;
Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il l'écorcobalisse.
L'autre hésite, s'espudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
C'en sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et s'emmargine... mais en vain
Le cerveau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret.
Mégères alentours qui pleurez dans vos mouchoirs;
On s'étonne, on s'étonne, on s'étonne
Et on vous regarde,
On cherche aussi, nous autres le Grand Secret.
 
« Papa, fais tousser la baleine », dit l'enfant confiant.
Le tibétain, sans répondre, sortit sa trompe à appeler l'orage
et nous fûmes copieusement mouillés sous de grands éclairs.
Si la feuille chantait, elle tromperait l'oiseau.


Henri Michaux, Qui je fus, Gallimard, 1927





Empreinte
acrylique sur drap
100 x 135 cm 





BAM, 2017
acrylique sur drap
120 x 85 cm












Lignes, 2015
photographie
84 x 112 cm













Fissure de timidité (G. Clément), 2014
photographie 
160 x 120 cm










Arbre, 2015
photographie 
84 x 64 cm


Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;
Il le rague et le roupète jusqu’à son drâle ;
Il le pratèle et le libucque et lui barufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il lécorcobalisse.

Lautre hésite, sespudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
Cen sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et semmargine... mais en vain
Le cerceau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret
Mégères alentour qui pleurez dans vos mouchoirs ;
On sétonne, on sétonne, on sétonne
Et on vous regarde
On cherche aussi, nous autres, le Grand Secret.

Henri Michaux « Le grand combat » in Qui je fus recueilli dans L’espace du dedans, © Éditions Gallimard, 1998.
- See more at: http://www.lesvoixdelapoesie.com/poemes/le-grand-combat#sthash.UQhAah88.dpuf
Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;
Il le rague et le roupète jusqu’à son drâle ;
Il le pratèle et le libucque et lui barufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il lécorcobalisse.

Lautre hésite, sespudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
Cen sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et semmargine... mais en vain
Le cerceau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret
Mégères alentour qui pleurez dans vos mouchoirs ;
On sétonne, on sétonne, on sétonne
Et on vous regarde
On cherche aussi, nous autres, le Grand Secret.

Henri Michaux « Le grand combat » in Qui je fus recueilli dans L’espace du dedans, © Éditions Gallimard, 1998.
- See more at: http://www.lesvoixdelapoesie.com/poemes/le-grand-combat#sthash.UQhAah88.dpuf